madeleine à la patate

Publié le par tibou

Quand on connaît Cubik, on sait qu'à un moment ou à un autre une discussion avec lui va tourner autour de la patate. C'est comme ça, ça fait partie des grandes lois de la nature. Il est lié à la patate comme Claude est lié aux calembours pas drôles, Nyl à la gentillesse, Man au nanisme, Deck aux pyjamas Corto Maltese, moi au nettoyage de frigo ou Guewan au caca. C'est pour cela que cette note, Cubik, amateur de patates devant l'éternel, tu en es l'inspirateur. Je te la dédie donc humblement, à toi ma muse, toi le digne successeur de Parmentier au firmament de la patate. Qu'un plat à base de ce succulent aliment soit baptisé en ton nom, qu'il déborde de crème et de vinaigre, de reblochon et de raclette.


Mais revenons-en un peu à nos patates à nous. Cubik, toujours lui, nous confiait il y a quelques temps une de ses madeleines, un plat forcément magnifique de goût, de texture, de fondant et autres doux mots qui ne font pas appel à la diététique (diététique, qui, je le rappelle, d'après la mère médecin de Claude, une éminence dans son domaine, consiste à ne pas prendre de fromage après la truffade. Oui, je sais, c'est dur, mais c'est une erreur diététique, c'est comme ça), j'ai nommé les patates à la crème.


Et moi ça m'a rappelé une de mes propres madeleines (qui n'en est pas vraiment une, parce que c'est pas comme si j'en mangeais pas encore aujourd'hui, mais bon, quand même, hein. Et de toutes façons, je suis chez moi de nouveau ici.). Et comble de la coïncidence (comme quoi quand même la nature est bien faite), devine donc, lecteur, à base de quoi ce petit met de mon enfance est fait? Je te le donne en mille : à base de COURGETTE, bien sûr.


...

Nan; c'est pas ça. C'est pas de ça que je voulais parler. La ratatouille, c'est à chaque fois que je vois cet âââââuteur de Deck. Cubik, relève toi, meurs pas tout de suite, je m'a trompé, c'est touuuut. Nous parlions bien sûr des PATATES ROTIES aujourd'hui. Voilà, c'est de ça que je voulais parler dans le profond dedans de moi même aujourd'hui.


Alors attention. Les patates rôties, qu'on se le dise, c'est une des Rolls des recettes de la patate, le top du top, la crème de la crème, bref un truc qu'on s'en remet pas.


Compris ?


Et pas de contestation possible.


Nan nan nan.


Chuuuuut.


Mettons tout de suite les choses au point pour tous les apprentis marmitons, patateurs du dimanche et autres morveux novices qui se la pètent comme des cadors en croyant tout connaître de la patate : les patates rôties n'ont rien à voir avec des patates rissolées. Que cela soit clair, bien enfoncé dans la petite tête de tous ces would-be kings of the patate, c'est pas parce qu'il y a de l'huile que c'est la même chose. Car la patate rôtie à une texture unique et identifiable à la première bouchées, cher lecteur, un croquant bien à elle, un fondant inimitable, une façon d'absorber le gras qu'elle ne doit à personne.


Alors, pour faire de bonnes patates rôties, de quoi avons nous besoin ? De patates, bien sûr! (nous allons de révélations en révélations aujourd'hui, je te sens haletant, lecteur). Mais de quoi d'autre? De gras, bien entendu, sous forme liquide, s'il te plaît. Le beurre, s'il est délicieux et se marie parfaitement à la patate n'a pas sa place ici. Out! Bien. Il faut du sel aussi, important, ça le sel. Et? C'est tout? Non non non, il manque le plus important, il faut une bonne cocotte, de préférence celle de ta maman, lecteur, ou même de ta grand-mère, enfin une cocotte qui a vécu, qui a de l'expérience et qui attache un peu. Bon, on a tout c'qu'il faut, on y va. On épluche les patates, on les coupe en 4 dans le sens de la longueur et on découpe la dedans des morceaux de 2cm d'épaisseur. On fait chauffer l'huile dans la cocotte pendant ce temps, à feu moyen, et quand elle est chaude, hp, on jette les patates, et on couvre. On laisse ensuite cuire à peu près 1/4h 20 min, c'est selon l'épaisseur des patates, en remuant toutes les deux trois minutes. Faut laisser le temps que les pommes de terre attachent un peu mais qu'elles ne crâment pas, sinon on a un sacrilège qui vaudra au malheureux imprudent l'ayant commis une damnation éternelle de St Cubik, et ça, lecteur, tu ne veux pas connaître, je t'assure. C'est ça le secret. On sale, et au bout de 20 minutes, hop on se retrouve avec un chef d'oeuvre de la cuisine familiale, une patate avec une croûte assez dure mais pas trop, juste comme il faut, et un intérieur fondant comme c'est pas permis. Après, lecteur, tu l'accommode comme tu veux, moutarde, salade, endives, fromage, tout en même temps, c'est comme tu veux tu choisis.


C'est ça, le pouvoir de la patate.


La prochaine fois, on parlera pâté lorrain, hein, parce que quand même, les Sarthois n'ont pas le monopole du gras. 

Publié dans tiboudblog

Commenter cet article

patate et madeleine 02/11/2008 14:52

Des madeleines à la patate...ou des patates à la madeleine....J'ignore pourquoi, mais patate et moi nous nous sentons visées!

Susie 09/11/2006 22:07

Oui maiis a!ors surtout, surtout.... SURTOUT :
Gaffe au sel ami patateur!! Gaffe au sel!!!

tibou 09/11/2006 12:26

ya bien que les wannabe rois de la patates qui peuvent penser des trucs comme ça, tiens... Je te méprise, bolchévique!

Emmanuel 08/11/2006 22:16

C'est toi le nanisme, pov tanche
et puis des patates rôties, ça veut rien dire d'abord

tibou 08/11/2006 15:57

m'en fous, ça me fait plein de commentaires :op