c'est pas la frite

Publié le par tibou

Lecteur, mon copain, lectrice, ma copine, Thorn qu'est ni l'un ni l'autre, l'heure est grave. Enfin, on dirait.

Ça va mal sur les blogs. Si. Enfin, sur ceux que je fréquente. Et que je veux m'arracher la peau, et que mon grand père est mort, et que ça va pas bien, et que je me suis coupé le bras, et que je suis tombé d'une échelle et je suis tétraplégique...


Cubik, il me dit que c'est parce qu'on est en Novembre. C'est ptet ça. En même temps, moi je crois qu'à moitié les gars qui mettent des jupes et des strings a paillettes faits avec leurs propres poils en macramé. (mais chuuut, ne le répète pas, c'est notre secret) (et si tu répètes, j'te lapide avec des frites molles) (peur de rien, moi). N'empêche si vous saviez, ben vous viendriez pas la ramener avec vos petits tracas, hein. Non parce que les blessures, les maladies incurables, les cancers du foie tout ça c'est de la gnognotte quand on sait que JE SUIS PAS FOUTU DE TENIR UNE FRITE SANS EN METTRE PARTOUT PARCE QUE J'AI LA TREMBLOTTE!!!


Alors t'es gentil, mais tu as un peu de décence maintenant, ami bloggueur, tu ranges gentiment tes petits troubles intestinaux, tes peines de coeurs ridicules et tu t'intéresses un peu au mal qui me ronge. Oui, tu fais ça. T'y es, là ?


Bien.


Donc, ce matin augurait d'une belle journée, les corbeaux tuaient les rossignols à coups de bec dans l'arbre du voisin, le routier de l'autre côté de la route écrasait son premier hérisson de la journée en sifflotant, sur l'aérodrome d'en face, le pilote qui s'était trompé de bouton se crachait comme une merde sur le tarmac, le repeignant en rouge et noir (j'exilerai ma peur, j'irai plus haut que ces montagnes de douleur).


Limite j'étais de bonne humeur. Et là, hop, je vais prendre mon Nesquik, tout ça, tout en me désolant sur le sort des retraités partis trop tôt et sur le fait que mon neveu, alias la Bête, ne connaîtrait jamais ce gros joufflu de Groquik. Je prends mon bol...


Et là c'est le drame, je tremble des mains, le bol commence à se faire la malle, j'appelle la Force, le pouvoir du crâne ancestral et Groquik, mais rien n'y fait, j'ai la tremblotte et je m'en fous partout.


Bordel de merde, si je puis m'exprimer en ces termes quelque peu licencieux. Ça sert à quoi de vénérer des icônes disparues si elles apparaissent même pas quand on a besoin d'eux, hein ?


Dooonc, je change de cravate, tout ça (oui, bon, j'enlève mon pyjama Bidochon, quoi)(fais gaffe hein!), et tout se passe bien jusqu'à il y a une demi heure.


Le constat est là, il est dur, mis je dois l'affronter. Je suis une merde en tenage de frite (et je dis tenage si je veux. TENAAAAAAAAGE, saloperie de correcteur d'orthographe, je fais skejveux!), Folie Privée va me tourner le dos et me maudire juqu'à une génération qu'on a même pas le nombre traduisible en mots, Cubik va arrêter de me prêter ses jupes (mais chuuut)...


Alors tes états d'âmes à deux balles, excuse moi, mais ça me fait rigoler tout en dedans de moi-même. En plus Philippe Noiret est parti se faire une grande bouffe au ciel, l'enculé.


Je ne te l'ai peut être jamais dit, lecteur mon copain, lectrice ma copine, Thorn, mais la vie des fois, hein...


C'est vraiment une tartine de merde.

Publié dans tiboudblog

Commenter cet article

Cécile 25/11/2006 10:31

j'vais faire en sorte de pas dormir avec lui alors...  :))

Frenchbluefish 24/11/2006 20:59

Pas de bol avec un bol... étonnant non ?

tibou 24/11/2006 20:36

cécile> je te laisse la surprise   susie> quicky n'est qu'une pâle copie anémique et décérébré de notre idole à tous.

Susie 24/11/2006 20:22

Euuuh, ton invocation a presque marché on dirait, mais avec un transfert: ce midi, j'ai vu Quicky! Je te jure! le vrai de vrai! Mais il a pas réussi à faire tournoyer ses noreilles (déçue j'étais)

Cécile 24/11/2006 20:13

il mange pas en dormant quand meme?