Impuissance

Publié le par tibou

Eh! Je te parle.

Oui, oui à toi, qui essaie de me faire rentrer dans une de tes petites cases.

Tu veux m'avoir à l'usure, me formater à ta guise. Je vois dans ton jeu. Tu ne m'approches pas, trop lâche. La vitre est là pour garantir ton hygiène.

Je te dis maladie, tu penses contagion.

Je démens, tu fais apparaître sur ton visage de bovin ce petit sourire condescendant qui définit si bien tous ceux de ton espèce.

Je te dis intestin, tu penses saleté, incapacité, déficit de popularité.

Je te dis chronique, tu penses ''sans espoir''

Je te dis aide-moi, tu penses à me laisser dans ma merde, bien au chaud, si possible en me rayant de ta liste, ça fait toujours bien dans les stats.

Je te demande un peu de ton temps, tu songes à partir un peu plus tôt aujourd'hui.

A toi, petit furoncle du quotidien, petit employé engoncé dans ton petit costume, faisant ton petit métier au pire de tes petites capacités, jalousant ta brillante collègue qui se démène en 48 pour aider son interlocuteur, qui paraît sincèrement désolée lorsqu'elle échoue, qui essaie, qui fait ce pour quoi on l'a engagé, tout simplement, à toi je n'ai rien à dire.



Alors si on arrêtait là cette guerre froide qui nous épuise l'un et l'autre? Si tu écoutais, baissais cette vitre qui nous sépare, te confrontais à ma réalité? Soyons fous, si au lieu de me pointer chaque mois dans ton ordi, de faire semblant de regarder tes annonces avant de me donner rendez-vous au mois prochain, le tout sans me regarder, tu prenais un peu de temps pour m'aider à trouver ce petit travail qui me donnerait un peu d'estime de moi? Si tu me regardais, de temps en temps? Je ne te demande pas de mémoriser mon visage, mais de te rendre compte que la voix étouffée par l'hygiaphone (que tu es le seul à utiliser dans l'agence, et seulement pour moi) ressemble à quelque chose d'humain, de me serrer la main, de m'accorder le minimum. D'oublier la seule chose dont tu sembles te souvenir lorsque tu entends mon nom (mais peut être est-ce aussi entré dans ton PC; tu as l'air perdu sans lui, nu, désemparé.):

MaladieMaladieMaladieMaladieMaladieMaladieMaladieMaladieMaladieMaladieMaladieMaladie

un mantra presque tangible dans tes yeux, dans ta hâte à ne pas me toucher, à ne pas m'approcher.

Je n'ai pas la peste.

Je suis propre.

Je ne fais plus à côté de la litière depuis longtemps.

Parfois même, je me mets du déodorant.

Même ta collègue m'accorde plus d'attention que toi. Dans son regard, je lis de la pitié. Pas de mon état, qu'elle ne connaît pas, mais de t'avoir comme conseiller.

Ça ne t'interpelle pas? Ça ne te fait pas réfléchir?



La honte ne t'effleure-t-elle jamais?




Publié dans tiboudblog

Commenter cet article

tibou 28/11/2006 15:07

cécile> il pète du cerveau?Folie> tu prends combien?Phil> oué, et je profite quand même du système. Quel enculé!

Folie Privée 28/11/2006 14:35

J'peux tous les tuer, j risque mm pas la prison.

Cécile 28/11/2006 13:08

y pue dedans sa tete et ses pensees c'est pire!

Phil 28/11/2006 12:27

Travail , estime de soi , mépris des fonctionnaires...C'est des valeurs de droite ça! Qu'est ce que tu fais de la feignasserie et des assedic ? Ahrr , c'est pire que ça , tu vas voter SARKO , t'es vraiment infect , j'suis fier de toi!

tibou 28/11/2006 12:19

cubik> le lorrain qui ne peut supporter le munster,est indigne de notre belle région. c'est comme si tu ne supportais pas les gens à l'haleine de moule.Hahem...cécile> tu veux dire qu'il a l'estomac fragile qui se traduit par des flatulences dérangeantes pour son entourage? mais on aurait pu être copains, alors!!ab6> en fait je ne l'ai plus depuis 6 mois, celui-là, j'ai demandé a changer. Mais apparemment, ca ne l'a pas interpelé, il fait son numéro avec les autres aussi (sauf le coup de l'hygiaphone, je suis privilégié, wouhouuu)