John Fante : Ask The Dust (demande à la poussière)

Publié le par tibou


Depuis le temps qu'on m'en disait du bien, que certains me harcelaient de leur « putain, tu l'as pas encore lu, c'est pourtant pas un gros bouquin, qu'est ce que t'attends, grosse tanche ! Il y a tout dans ce livre, tu ne peux qu'adorer... » et patati et patata. La 1ère vérité, c'est que j'ai différé la lecture de mon premier Fante à cause de ces hystériques du compliment. La deuxième vérité, c'est que je suis devenu un hystérique du compliment depuis que j'ai lu Ask The Dust.


Ask the Dust est le 3e roman d'un ensemble de 4, mettant en scène un écrivain italo-américain, Arturo Bandini. Dans le premier, Wait until Spring, Bandini (Bandini), le seul écrit à la troisième personne, Fante raconte un hiver au Colorado chez les Bandini, avec un Arturo en école primaire, amoureux hargneux et possessif de la première de sa classe. Dans The road to Los Angeles (La route de Los Angeles), Arturo a une vingtaine d'années, et vit dans la banlieue de Los Angeles. Apprenti romancier mégalomane, narcissique, raciste et communiste, il se heurte à la réalité du travail et à la dévotion à Dieu de sa mère et de sa soeur.


Mais là, nous parlons de Ask the Dust. Arturo est enfin parvenu à Los Angeles, mais la vie pour un idéaliste mégalomane n'est pas vraiment rose. Arturo n'a réussi à publier qu'une nouvelle, et il vivote dans une chambre dont il ne parvient plus vraiment à payer le loyer. Et puis un jour, dans un café, il va rencontrer une serveuse, et entamer une relation d'amour-haine avec elle.


Fante se fout de l'intrigue de son roman comme de sa première chemise. Ce qui lui importe, c'est de dépeindre des personnages, leurs interactions, les enjeux qui se jouent entre eux, le plus justement possible. Confronter Arturo le Rital, victime de racisme, raciste lui-même par hargne, personnage extrême, flamboyant, à une serveuse Latino au caractère plus qu'affirmé. Le reste, c'est 160 pages de bonheur, d'émotions exacerbées, de passages magiques, durs, drôles, passionnés. Fante va directement à l'os, dépouille ses phrases de tout ornement superflu, n'en laisse que la moelle. Et continue de construire l'un des plus beaux personnages de roman du XXe siècle, un homme que l'on adore détester, que l'on ne peut s'empêcher de trouver sympathique malgré ses énormes défauts. Un homme qui se cherche, un roquet bruyant et hargneux, mais aussi un homme aimant passionnément, sans restriction.


Ask the Dust est un roman magnifique de concision et de justesse.

 

et l'extrait du jour, c'est Jane's addiction : Jane says (extrait de Nothing's shocking)



Publié dans bouquins - disques...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phil 26/12/2006 13:39

Puisqu'on en est aux écrivains devenus cultes sur le tres tard , au cas ou tu connaitrais pas je te recommande Raymond Carver . Ce sont des nouvelles , si tu aimes la concision . " Les vitamines du bonheur" , "Tais-toi , je t'en prie" , " Parlez-moi d'amour ". Au choix .

tibou 26/12/2006 12:47

Phil> je les ai presque tous lus et mon préféré est the brotherhood of the grape. Ask the dust arrive juste après. Je savais que le film était sorti, mais j'ai vraiment pas envie de le voir, trop peur de la déception.

Phil 26/12/2006 11:00

Tu as lu son meilleur livre , à Fante .  Mais tu peux tous les lire , ils sont tres bon .  "Demande à la poussiere "est sorti l'année derniere au cinéma sous le titre "ask the dust" avec Collin Farrell . Pas mal . A noter que c'est Bukwoski qui a revelé Fante .