loi de Murphy inversée

Publié le par tibou

Je ne sais pourquoi, mais à chaque fois (et je dis bien à chaque fois, c'est pas de la rhétorique, c'est de la vérité pure, immaculée, blanche et belle comme Maïté en monokini) que j'ai décidé que la journée allait être merdique on vient me foutre des bâtons dans les roues.


Déjà il fait beau. Une semaine qu'on se tape du vent, de la pluie, de la bouillasse aux pieds et de la morve au nez. Et aujourd'hui, il fait beau.


COMME PAR HASARD! Non, mais s'il y a un complot de Dieu pour me foirer mes journées mauvaise humeur, qu'il le dise, hein. Je sens qu'il est joueur, qu'il aime les parties de cache-cache, de colin maillard et de docte... nan, pas ça.


Mais bon, ce n'est pas ce temps magnifique, cette nature en fête, ces petits oiseaux qui gazouillent dans le jardin qui vont me péter ma journée de merde, j'en ai vu d'autres. Suffit d'aller mater les corbacs de l'autre côté de la route, et puis mon compte en banque ensuite, et je reprends immédiatement le mors aux dents. C'est pas un putain de ciel bleu qui va troubler mes projets pour la journée.


Je descends donc de mon pas lourd habituel, et là je me rends compte d'un truc qui m'envoie des ondes de plaisir dans toute ma moelle épinière : je n'ai pas mal.


Il faut que je t'avoue. Depuis 1 bon mois, je me trimballe des douleurs articulaires assez handicapantes, et qui augmentent régulièrement. Mais aujourd'hui, rien du tout. Enfin si, il y a bien une vague sensation de gène, comme un souvenir de la douleur des jours précédents, mais rien de comparable avec ce que je vis depuis quelques semaines. Cette fois c'est sûr, ON a décidé que j'irais bien en ce dimanche radieux, et ON ne m'a même pas prévenu.


C'est inadmissible.


Mais le pire est à venir. Après un petit déjeuner copieux et parfaitement satisfaisant (pour une fois il ne manque pas de lait, ni de céréales, le complot se précise), je remonte d'un pas presque guilleret, et me connecte à internet. J'ai envie d'aller voir les blogs, comme on est dimanche, ya pas une feignasse qui aura mis à jour, je vais pouvoir gueuler, ronchonner contre ces bras cassés qui me niquent mon super dimanche qui commençait si bien et que la vie c'est bien trop dur ma brave dame, tiens je vais me gaver de cordons bleus froids pour passer le temps.


Et là, c'est le coup de grâce. Izbul a mis à jour son blog. Et même pas avec une note, hein, mais deux. Deux putains de mises-à-jour ou il étale les restes de son cerveau stéroïdé, accompagné par 2 (deux!) photographies montrant sans vergogne les jambons qui lui servent de bras. Ce mec ne poste pas pendant deux mois, et là, juste aujourd'hui... Et là il me tue en trois (ébauches de) phrases : « uNe beAutE saNs conPaRaBLe », « nAtuRe iz loVe oCeAn (rEaliZe) », et « pOur leS meCs: no jALouSie, iNspiRer vous coMMe moDele ».


je peux pas lutter. J'ai perdu, je l'admets, cette journée sera donc mirifique, pas besoin d'en jeter plus, j'ai compris. Je sais, je fus un adversaire valeureux, des générations d'amateurs de journées noires me vénéreront comme « l'homme qui a osé défier Izbul ». je rends les armes, comme Christophe Lambert dans Vercingétorix.


Izbul, je te hais.


(Pour que toi aussi ta journée soit éclairée par la lumière du bonheur, le lien vers le blog d'izbul, c'est le dernier de ma blogroll. Va, va!)

Publié dans tiboudblog

Commenter cet article

Ysa 24/01/2007 21:59

Izbul... c'est les boules ^^

Hallucinant, en pleure de rire là ;o)

Trop fort. Sinon désolée pour ta journée, c'est inadmissible quand les choses se passent si bien, et que, la moindre des politesses, aurait été d'être au moins, un minimum, prévenu, histoire d'être un brin préparé. Tout se barre en couilles, c'est terrifiant ^^

et hop tiens, un bisous. Bah vi, ça continu la loi de Murphy inversée, qu'est ce que tu crois ? nan mais.

Abs 14/01/2007 17:21

mErCi De m'AvOiR FaiT dEcOuVriR IZBOUles.
MaInTnAnT ChUiS aMoUrEuZzzzz C mAlIN
REaliSSSSSSe Un PEu

Cécile 14/01/2007 13:22

C'est le dernier romantique Izbull.. tu peux pas comprendre :))