Choisis ton camp, camarade! (1)

Publié le par tibou

On vit une époque formidable. Du moins en bande-dessinée. Ca couvait depuis pas mal d'années, mais là, ça y est, c'est presque une guerre ouverte qui a lieu devant nos yeux. Guerre d'éditeurs, guerre de visions de la bande-dessinée, stigmatisée par deux mecs qui n'ont pas leur langue dans leur poche : Jean-Christophe Menu, responsable et l'un des membres fondateurs de l'Association, et Mourad Boudjellal, grand patron des éditions Soleil. Et tout ça à propos de quoi? mais de plein de choses, ami lecteur, c'est bien ce qui rend cette bataille passionnante, et les réactions des professionnles et des lecteurs si passionnées.

On a l'impression que ce qui a mis le feu aux poudres, c'est la sortie de ce petit livre rouge avant Angoulême.
plates-bandes
Certes, Plates-Bandes fut le déclencheur, tout le monde et n'importe qui se devant de donner son avis sur ces 70 pages, qu'il ai lu le livre, ou non, d'ailleurs. Mais les tensions existaient déjà, bien entendu, et elles se fasaient de plus en plus visibles.

Je ne vais pas m'essayer à un essai, lecteur, ce n'est certainement pas le but de ce blog. Néanmoins, il me paraît important de décortiquer un peu la situation actuelle, en prenant 2 points de référence principaux. Le premier est le susnommé Plates-Bandes qui fait la joie de beaucoup de gens et subit la vindictes de beaucoup d'autres. Le second sera le livre Les éditeurs de bande-dessinée, paru récemment chez Niffle. Un bouquin loin d'être parfait et qui fleure bon le bisounours, parfois, mais qui a le mérite de parfois receler quelques propos intéressants. Pourquoi cet antagonisme Association/Soleil, antagonisme simplifié et amplifié (un grand principes des forums,ça!) à l'extême par les intervenants de tous bords, mais aussi, et là c'est plus grave, par certains professionnels ? A leur tête nos grands amis d'ActuaBD, qui ne crachent jamais sur une bonne polémique bien dodue, et qui si possible tentent de la faire éclater, afin qu'elle éclabousse un peu partout. Ces mecs sont très forts!

les éditeurs de bande dessinée

Bien. Plates-Bandes. Un petit bouquin qui aura fait du bruit, tout d'abord parce que Menu tape. Oh, pas autant qu'on pourrait le croire. Mais il tape. Sur Soleil, bien entendu, et son superbe house organ (:o) ) Bandes dessinées Magazine, sur Casterman et sa collection Ecritures, et même sur certains petits éditeurs. Pour autant, la provocation ne doit pas dépasser 6 ou 7 pages sur les 70 qui composent le livre. L'essentiel est ailleurs? Oui et non. Parce que Menu tape juste, et fournit des arguments, qui dessinent des enjeux essentiels pour la bande dessinée de demain.
  1. Le format.
     
Menu excècre ce qu'il appelle le 48CC, le 48 pages cartonné couleur, tout d'abord parce qu'il s'agit d'un standard, et qu'"un standard, c'est mesquin, c'est bête comme un troufion au garde à vous" (JC Menu, in Les éditeurs de bande dessinée). Le 48 CC en est un parfait exemple. Proche du livre pour enfants (et pour cause, la bande dessinée s'adressait aux enfants en priorité, jusqu'à assez récemment), il est devenu le standard général, y compris pour la bande dessinée pour ados/adultes. Pagination insuffisante, carton inutile et surabondant, couleurs obligatoires, format aggrandi pour le vendre plus cher et faire "objet de luxe", prix élevé, caressage du collectionneur dans le sens du poil (pas d'albums qui dépassent dans la bibliothèque, dos harmonisés...)... Ce format accumule les tares et paraît de plus en plus idiot dans un marché de la bande dessinée de plus en plus diversifié, où le manga au format de poche et à la pagination importante ne cesse de prendre de l'importance. Ceci sans compter la tendance actuelle à faire de plus en plus des albums "à suivre", pour compenser leur taille réduite. Une aberration au sein d'une aberration, quoi.

Le gros lecteur est néanmoins difficile à convaincre. Il aime bien se retrouver en terrain connu. Pourtant, un paradoxe est apparu depuis quelques temps sur les forums de bande dessinée. Le lecteur a soif de reconnaissance. Il veut que l'on reconnaisse sa passion à sa juste valeur, que la bande dessinée soit considérée comme un art, et non une sous-culture pour adolescents attardés. Mais quel est un des principaux facteurs de cet état de fait, sinon ce standard à la con? Ah, il a l'air malin, le lecteur de bande dessinée avec son bouquin sous le bras, qu'on dirait un Martine à la campagne! Quoi? c'est fait pour les adultes? Ben pourquoi il y a plus de carton que de papier, alors? Les bédéphiles sont-ils si peu soigneux qu'il faille faire comme pour les gosses, renforcer le livre? Le standard contribue fortement à cantonner la bande dessinée dans un rôle de truc amusant et sympa (!) qui ne lui sied plus, s'il a jamais été seyant, d'ailleurs...

Le premier enjeu repose donc sur la forme, car elle conditionne complétement le fond. Des tentatives timides pour changer tout cela arrivent depuis quelques années, telles la collection "Ecritures" de Casterman, Tohu Bohu chez les Humanos ou les "Double expresso" chez Dupuis. On reste néanmoins dans un standard avec ces collections (cf. les nombreux exemples de livres que l'on a "forcé" à rentrer dans la collection "Ecritures", récemment, comme Julius Knipl ou Un Américain en Ballade), on ne fait que le changer. Menu fustige d'ailleurs Casterman en partie pour cette raison (l'autre étant le pompage assez évident de la maquette dela collection Ciboulette) Mais la diversification commence, et elle ne s'arrêtera certainement pas. Tout cela bouscule l'hégémonie du 48CC, qui n'est certes pas encore en danger, mais pourraît bien le devenir dans les années à venir, heureusement. De toute façon, la Franco-belge n'a pas le choix. Si le secteur ne repense pas sa manière de faire des livres, la déferlante manga de ces dernières années se poursuivra et finira par dominer complétement le marché, avec ce format poche à pagination importante et prix modeste.

Et ce n'est pas la tentative ridicule de Dargaud de faire du simili-manga en grand format cartonné qui va arranger les choses...

Bon, je m'aperçois, lecteur, que ça va être un peu long, alors je vais couper là. On va faire un grand feuilleton :o).

J'ai bien l'impression quand même que je suis en train de faire un essai, même si je m'en défend... Je t'ai menti, lecteur. Tant pis, va falloir supporter :o). Peut-être même que j'en ferai une version plus travaillée après pour Artelio. On verra.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

june 21/06/2005 13:58

Bon mais depuis le temps on coupe un début d'essai de la sorte ? Je ne reviendrais que lorsque l'intégrale sera online... Nan mais. 8)

Mithreus 19/06/2005 21:02

Oui, un article pour Artelio, très bonne idée que celle là ;)

tibou 19/06/2005 20:10

ever: merci :)

herbv: file moi des mangas a lire, alors :o)). La j'ai en général deux mois de retard sur les sorties :o)

Herbv 19/06/2005 19:12

Tibou, reviens !!!

Tu n'as pas le droit de perdre ton temps à faire d'aussi bons textes quand Mangavoraces a besoin de toi !!! :D

everland 19/06/2005 10:21

chouette narticle !
Et vive le A5 en BD !